Billetterie
Félicien Brut, Quatuor Hermès et Edouard Macarez
Scène des Jardins - accès payant
samedi 27 juillet 2019 - 21:00
Le Pari des Bretelles
< retour

Programme :

Petite Suite française de Richard Galliano 

Ouverture sur des thèmes juifs de Sergueï Prokofiev, arrangement de Thibault Perrine

Un Américain à Paris de George Gershwin, arrangement de Thibault Perrine 

Milonga del Ángel d’Astor Piazzolla, arrangement de Thibault Perrine

Entracte

Tango pour Claude de Richard Galliano

Les Parapluis de Cherbourg de Michel Legrand, arrangement de Evgeny Derbenko

Valses de Paris, arrangement de Claude Thomain et Eric Bouvelle 

Suite Musette de Thibault Perrine 

Ce fut un pari fou d’imaginer l’accordéon, ce "piano a bretelles", trouver sa place dans tous les styles, tous les lieux, toutes les esthétiques musicales. C’est pourtant le pari qu’ont su relever ces générations d’instrumentistes dont nous sommes les heureux héritiers, de Tony Murena a Marcel Azzola, de Gus Viseur a Jo Privat, de Joss Baselli a celui qui brille aujourd’hui dans tous les répertoires et que j’admire tant : Richard Galliano.

Le Pari des Bretelles raconte une histoire, la merveilleuse histoire de l’accordéon, une histoire qui rappelle la perméabilité constante entre musique savante et musique populaire et met en lumière le métissage culturel du siècle dernier, fruit de tant d’innovations.


L’accordéon a, des années durant, souffert d’une forme de mépris. Quelle satisfaction de mesurer aujourd’hui l’enthousiasme qu’il peut susciter. Son entrée dans les conservatoires, son utilisation en jazz, son succes en musique classique et sa présence dans de nombreuses créations contemporaines sont autant de preuves de ses capacités multiples. Grisés par cette formidable ouverture, certains tendent a présent a oublier ses racines populaires, comme si celles-ci étaient devenues un frein a son évolution. Je suis persuadé, au contraire, qu’elles peuvent constituer un formidable moteur pour la création d’aujourd’hui et de demain.


L’accordéon est populaire. Il a grandi dans les faubourgs et a souvent trouvé sa place dans les instants festifs de la vie de chacun. C’est une chance. L’histoire de la musique nous enseigne la source d’inspiration inépuisable qu’a constitué la musique populaire pour la musique savante. Bartók, Grieg, Dvorák, Falla et bien d’autres ont démontré tout leur génie en se réappropriant et en transcendant des éléments de leurs cultures populaires respectives.

J’ai, pour ce projet, demandé au jeune compositeur Thibault Perrine de renouer avec ce mode d’écriture. Avec sa Suite Musette pour accordéon et quintette a cordes, il met en exergue un répertoire populaire intrinsèquement lié a l’histoire de l’accordéon : le musette. Bien plus qu’une simple mode dépassée, cette musique est un pan du patrimoine musical français du siècle dernier, révélatrice de l’esprit parisien des Années folles et du brassage culturel inédit qu’elles ont engendré.


Si c’est une fierté que l’accordéon soit aujourd’hui considéré partout dans le monde comme un des symboles de la France et de Paris, le Pari des Bretelles veut aussi rappeler que celui-ci est avant tout un voyageur infatigable... Inspiré du Cheng chinois, inventé en Autriche, fabriqué pour la première fois en Italie, transformé en Russie, il a fait danser l’humanité toute entière, sur tous les continents, du kazatchok au musette, du forró au paso doble. J’ai donc également passé commande de trois transcriptions inédites d’oeuvres signées George Gershwin, Serguei Prokofiev et Astor Piazzolla pour signifier a quel point le développement de cet instrument est lié aux aventures auxquelles il a su prendre part en Europe de l’Est et particulièrement en Russie, aux Etats-Unis ou encore en Amérique latine.


J’ai l’immense plaisir de vous proposer aujourd’hui ce « pari », le pari de mêler le souffle de mon accordéon aux archets de cinq musiciens fabuleux pour vous faire découvrir ou redécouvrir l’histoire de cet instrument qui, je l’espère, saura vous étonner et vous séduire, en se dévoilant une fois de plus la ou personne ne l’attend…

- Edito par Félicien Brut

Distribution
Félicien BrutAccordéon

Félicien joue sur un Bayan Bugari Selecta accordé et entretenu par Stéphanie Simon, ainsi que sur un modèle "Super Prodige" de la marque Piermaria.

Félicien Brut est aujourd'hui considéré comme l'un des accordéonistes français les
plus innovants et éclectiques de sa génération. De la musique populaire à la "musique
savante", de l'improvisation aux oeuvres écrites, de pièces originales aux transcriptions
les plus inattendues, il n'a de cesse de défendre le caractère polymorphe de ce jeune
instrument qu'est l'accordéon.

Né en 1986 en Auvergne, terre de musique traditionnelle par excellence, l'un des
berceaux de son instrument, Fé- licien entame sa formation musicale dès l'âge de six
ans en abordant, en premier lieu, le répertoire musette et po- pulaire intrinsèquement
lié à l'histoire de l'accordéon. En 1996, il intègre le CNIMA-Jacques Mornet, école
phare pour son instrument où il découvre, au contact de nombreux accordéonistes
français et étrangers, les répertoires swing, classique et contemporain. Sans choisir une
esthétique plutôt qu'une autre, il va très tôt affirmer son envie de travailler dans tous
les styles, dans tous les répertoires.

En 2007, Félicien réalise l'exploit de remporter successivement les trois plus grands
concours internationaux d'accordéon existants : le Concours International de
Klingenthal en Allemagne, le Concours International de Cas- telfidardo en Italie et
le Trophée Mondial d'Accordéon à Samara en Russie. Ces récompenses le propulsent
dès 2008 sur les scènes internationales de nombreux festivals en Russie, Italie, Norvège,
Finlande, Portugal, Serbie.

En avril 2016, Félicien son premier album Soledad del Escualo avec le Trio Astoria,
formation dédiée au Nuevo Tango d'Astor Piazzolla, mais c’est l’année 2017 qui
marque un tournant majeur dans son parcours. Il choisit en effet de s'entourer du
Quatuor Hermès et du contrebassiste Édouard Macarez au sein de l'étonnant projet « Le Pari des Bretelles", se fixant pour défi de réunir Musette et Musique Classique au
sein d'un même programme. Le succès de cette formation est immédiat et l’amène
à se produire dans des salles et festivals prestigieux comme la Seine Musicale, la Folle
Journée de Nantes, le Festival Classique au Vert, les Flâneries Musicales de Reims, etc.

Félicien était l’invité du Festival "Un Violon sur le Sable" à Royan pour la création
de Caprice d’accordéoniste, pièce pour accordéon soliste et orchestre symphonique,
commandée à son compositeur fétiche Thibault Perrine. Il créera en avril 2019 le
concerto Souvenirs de bal avec l’Orchestre de Cannes tout en continuant à faire
entendre son Pari des Bretelles en Pologne, au Japon, en Allemagne et, en février 2019,
lors d’une soirée exceptionnelle au Théâtre Marigny.

Photo ©Frédéric Mense.

Quatuor HermèsQuatuor à cordes

- Omer Bouchez joue un violon de Joseph Gagliano 1796 prêté par Mécénat Musical Société Générale depuis août 2016.
- Elise Liu joue un violon David Tecchler prêté par le Fonds Instrumental Français.
- Yung-Hsin Chang, alto.
- Anthony Kondo, violoncelle.

La florissante carrière du Quatuor Hermès comprend des tournées aux quatre coins de l’Europe, en Asie (Chine, Japon, Taiwan), aux Etats-Unis et en Amérique du Sud, ainsi qu’au Maroc, en Egypte au Kazakhstan ou aux Emirats Arabes Unis. Ils sont fréquemment invités dans de grands festivals français et étrangers comme celui de la Roque d’Anthéron, les Flâneries Musicales de Reims, le Festival de Radio France et Montpellier, le festival du Périgord Noir, le festival de Colmar, le festival de L’Orangerie de Sceaux, le festival de Pâques de Deauville ; au Cheltenham Music Festival, Mecklenburg-Vorpommern festival, Krzyzòwa Music Festival, Mantova Chamber Music festival…

Régulièrement invité aux Etats-Unis, le quatuor s’y produit dans de prestigieuses salles comme au Kennedy Center de Washington ou au Carnegie Hall de New York.

Leur parcours est jalonné de rencontres déterminantes : les quatuors Ravel, Ysaÿe, et Artemis avec lesquels les quatre musiciens se sont formés et ont développé une pensée musicale commune ; puis des personnalités
marquantes comme Eberhard Feltz à Berlin, et plus tard Alfred Brendel, immense inspiration avec lequel ils travaillent régulièrement aujourd’hui.
Le Quatuor Hermès a reçu de nombreux prix : « Révélation Musicale de l‘Année » du Prix de la Critique 2014 15, le « Nordmetall Ensemble Preis 2013 » du festival Mecklenburg-Vorpommern. Il est également Premier Prix du Concours International de Genève 2011, PremierPrix au concours FNAPEC 2010, Premier Prix du Concours International de Musique de Chambre de Lyon 2009, et Premier Prix aux YCA International Auditions à New York.

Les quatre musiciens étaient artistes en Résidence de la Chapelle Reine Elisabeth de 2012 à 2016, et sont soutenus depuis 2015 par la fondation d’entreprise Banque Populaire et la fondation Singer-Polignac à Paris.

Les disques du quatuor Hermès ont tous été récompensés par la critique française et internationale. Après une intégrale des quatuors de Robert Schumann très remarquée (notamment récompensée par un Choc de l’année 2015 du magazine Classica), leur dernier opus paru en Janvier 2018 et consacré aux quatuors de Ravel, Debussy et Dutilleux a reçu un Choc de Classica, ffff de Télérama et 5 diapasons, ainsi que des récompenses en Allemagne et aux Pays-Bas.

Photo ©SvendAndersen

Edouard MacarezContrebasse

Edouard Macarez commence la contrebasse à l'age de 10 ans auprès de Jean-Loup Dehant, professeur au Conservatoire de Douai, avant d'intégrer, en 2006, le Conservatoire National Superieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de Thierry Barbé. Il obtient en 2009 le premier prix a l'unanimité avec les félicitations du jury. En 2011, Edouard décide de se perfectionner en Allemagne auprès de Niek de Groet, ancien soliste de l'Orchestre Royal du Concergebouw Amsterdam.


Edouard Macarez est lauréat de plusieurs concours nationaux et internationaux : 1er Prix trois années consécutives aux concours organisés par l'Association des Contrebassistes de France en 2003, 2004 et 2005 à Paris, Lyon et Béziers, 1er Prix au Concours de cordes d'Epernay en 2006, 1er Prix au Concours « International Paris Bassc» 2008 et 1er Prix en 2009 au Concours « Scottish International Competition » à Glasgow.


Il s'est produit de nombreuses fois en récital notamment à Paris, au grand auditorium du Royal College de Glasgow, à Berlin dans l'auditorium de la Horshcule lors de la manifestion Berlin Bass 2010, à Dusseldorf, à Essen, etc.

Avec orchestre il s'est produit en soliste avec l'Orchestre Symphonique du Royal College de Glasgow ainsi qu'avec le Baltic Chamber Orchestra.


Passionné par l'orchestre, Edouard est rentré à l'âge de 19 ans à l'Orchestre National de Lille avant d'obtenir un poste de soliste à l'Orchestre Philharmonique de Radio France trois ans plus tard.

Photo ©Mathilde Assier